Je suis tombée voici quelques jours sur FIP… J’ai redécouvert à cette occasion une chanson de Colette Renard. « Les nuits de la demoiselle ». Un petit bijou de la langue fleurie que le français sait si bien mettre en images. Je vous la livre ici. A savourer comme un met sucré, pétillant. Oserai-je dire amuse-bouche ?

A l’heure où la chanson française est si souvent tristounette, au moment où le français est singulièrement martyrisé avec les supports certes pratiques, modernes innovants, et réactifs…. mais paupérisant, il est de jolies rencontres. Lors d’un passage chez mon kiné préféré, j’ai, sous son joug libérateur redécouvert une chanson dont les paroles sont écrites par Colette Renard. « Les nuits de la demoiselle ». Alors que l’esprit normatif, la pensée unique et le politiquement correct imposent depuis plusieurs années un souvent discours aseptisé, vide de toute dimension coquine, la langue fleurie de cette artiste est un ravissement. Une aide au voyage. Sucré, heureux, délicieux. Erotique. Voyez par vous-même. N’est-ce pas agaçant quelque peu ?

Que c’est bon d’être demoiselle
Car le soir dans mon petit lit
Quand l’étoile Vénus étincelle
Quand doucement tombe la nuit

Je me fais sucer la friandise
Je me fais caresser le gardon
Je me fais empeser la chemise
Je me fais picorer le bonbon

Je me fais frotter la péninsule
Je me fais béliner le joyau
Je me fais remplir le vestibule
Je me fais ramoner l’abricot

Je me fais farcir la mottelette
Je me fais couvrir le rigondonne
Je me fais gonfler la mouflette
Je me fais donner le picotin

Je me fais laminer l’écrevisse
Je me fais foyer le coeur fendu
Je me fais tailler la pelisse
Je me fais planter le mont velu

Je me fais briquer le casse-noisettes
Je me fais mamourer le bibelot
Je me fais sabrer la sucette
Je me fais reluire le berlingot

Je me fais gauler la mignardise
Je me fais rafraîchir le tison
Je me fais grossir la cerise
Je me fais nourrir le hérisson

Je me fais chevaucher la chosette
je me fais chatouiller le bijou
Je me fais bricoler la cliquette
Je me fais gâter le matou

Et vous me demanderez peut-être
Ce que je fais le jour durant
Oh! cela tient en peu de lettres
Le jour , je baise, tout simplement

Paroles: Colette Renard. Musique: G.Breton & Raymond Legrand 1963 © Disque Vogue

Commentaires FB